THE ATHENA SERIES

 En 2021, j’ai entrepris une nouvelle recherche que j’ai intitulé « The Athena Series ». Dans cette nouvelle série, j’explore les motifs d’écorces de platanes (arbres présents à Shanghai ainsi que dans le sud de la France d’où je suis originaire). Le platane a une écorce qui se renouvelle en fonction des saisons, les « écailles » tombent, et laissent des traces sur la surface de son tronc. Enfant, j’aimais les ramasser, et j’ai recommencé à le faire à Shanghai lors de mes promenades dans les rues de l’ancienne concession française. Fascinée par ces formes et la particularité des platanes, j’ai entamé une réflexion sur l’idée même de l’écorce, de la régénération et par là même de la vulnérabilité. Je me suis interrogée sur ce qu’est la fragilité de l’individu et de la mienne en particulier. J’ai réalisé à quel point nous sommes similaires à ces arbres : nous nous protégeons de « l’extérieur » en construisant des murs dans l’espoir de ne pas être blessé. Mais nos tentatives sont bien souvent vaines, plus de l’ordre de l’illusion qu’une réalité, et démontrent à quel point nous sommes fragiles.

C’est ainsi que j’ai voulu créer une série d’œuvres reflétant cette vulnérabilité. J’ai tout d’abord utilisé les formes pour les dessiner, mais très vite l’idée même de carapaces, de boucliers et d’armure à fait surface. Ce n’est donc pas un hasard si je lui ai donné le titre de « La série d’Athéna ». Il est aussi important de mentionner que mon intérêt pour la symbolique de la déesse Athéna n’est pas nouveau, puisque j’ai rédigé un projet de recherche en doctorat sur la représentation d’Athéna lors de mes études universitaires.